Le Mohican : Pont-Ecrépin et Putanges en 1902

Journal Tri Hebdomadaire N°28 du 11 février 1902

(Numéro 28 du tome 2)

Nos gravures

Dangereuse Rencontre

Ces jours derniers madame Marceline Guidon était dans le bois de Monsieur de Séguin à ramasser quelques fagots de bois mort. Quand elle aperçut un animal fouillant le sol de son museau venant vers elle. Elle crut tout d’abord que c’était un chien, mais la bête s’approchant, elle s’aperçut que c’était un sanglier blessé d’une balle à l’épaule instinctivement ele se range et le sanglier passe. Mais curieuse de voir ou l’animal irait elle prit un bâton et lâchant ses sabots, elle s’engagea résolument à la suite de l’animal. Celui-ci étant blessé ne put pas escalader le mur du pré qui borde la rivière auprès de l’usine Maurin ( ou Maurice ?) et Cie. Elle passa le mur et se mit à taquiner la bête, qui se mit à souffler mit la brave Marcelline en fuite.

Choses et autres

*L’Etablissement électrique que nous avons anoncé dans notre précédent numéro est isntallé.
m.m. les Electriciens ont passé à ce travail la journée du mercredi des Cendres. La ligne posée a été essayée : elle fonctionne admirablement
A Pâques (ou à la trinité) les bureaux du Mohican seront reliés avec leur annexe…

FAUsse Alerte

Drin… DRINN…..
ALLÔ. Le feu est dans la cheminée, tel est le cri d’alarme qui réveillait notre rédacteur le soir du mardi gras.
Tout était sens dessus dessous aux bureaux du Mohican « Ca sentait la suie ». ce n’était qu’une fausse alerte car le feu était dans la cheminée (foyer) ce n’était pas dans le tuyaux.

NOUVELLES

La paix est Signée

Pour faire la paix avec sa mère Le pauvre gars Viel a été obligé de changer la (manière ?) de la canalisation à Chevrel.
« On sait partout ce que je mange
Combien d’œufs mes poules pondent
Par Pont-Ecrépin et par Putanges
Ce que je fais est su de tout le monde
C. Guin



Nous avons remarqué que tous ces jours et tout particulièrement le Jeudi, et le mardi gras que la boutique de MR Chauvin était toute enguirlandée de fleurs diverses et de branches de laurier et de sapin : dans chaque guirlande était attaché une dizaine de petites lampe électrique, et cette lampes éclairant le soir dans les branches faisait un effet des plus ravissant. Il y en avait jusque dans le veau, car tous les ans, Chauvin tient le record comme veau gras. Isaie avait un magnifique Bœuf gras, et enfin Lebreton à Pont-Ecrépin s’est fait remarqué, pour la 1ère fois, car les autres années Clérembault se classait encore avant lui, donc toutes nos félicitations aux “Bidochiers“ et en particulier à MM Isaie et Chauvin. Comme boutiques foraines il n’y avait qu’une loterie et un tir : Direction HAS et Cie.






Le gérant. R Dy